Environnement – Canoë Infos: Jardins communautaires et décontamination

En ville – Jardins communautaires et décontamination
Agence QMI
Dominique David
20/07/2010 20h35

Mme Sucura cultive des légumes et des fleurs depuis 2003 au jardin Georges-Vanier.

© Agence QMI

MONTRÉAL – Bien que la Ville note une grande amélioration dans la décontamination des jardins communautaires à Montréal, il reste encore du travail à faire.

Des 25 jardins identifiés par la Direction de la santé publique en 2009, quatre ont été décontaminés complètement et deux d’entre eux ont été fermés. Or, il reste des interventions à faire sur 19 emplacements.

«Il en coûte entre 800 000$ à un million$ pour décontaminer un terrain. Avec les coupures de la Ville, nous n’avons pas les moyens de décontaminer complètement tous les jardins», spécifie Michel Tanguay, porte-parole de l’arrondissement …

Lire l’article:  Environnement – Canoë Infos: Jardins communautaires et décontamination.

Terre en ville 2010 : cultiver une ville verte et nourricière

MONTRÉAL, le 28 juill. /CNW Telbec/ – Le CRAPAUD (Collectif en Aménagement Paysager et en Agriculture Urbaine Durable) lancera, le 28 juillet à 17 h, l’évènement Terre en ville 2010 : cultiver une ville verte et nourricière. Cette série d’activités publiques qui se déroula du 28 juillet au 10 août 2010 se penchera sur la place de l’agriculture urbaine dans le paysage montréalais grâce à une école d’été, des conférences « grand public », un forum politique sur l’avenir de l’agriculture urbaine à Montréal et une charrette d’idéation sur les jardins urbains dans les institutions montréalaises.

Vikram Bhatt, professeur d’architecture à l’Université McGill, Owen Rose, architecte et président du Conseil d’administration du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CÉUM), et Hélène Raymond, journaliste à l’émission La semaine verte de Radio-Canada et auteure du livre Goût du monde ou saveurs locales seront quelques uns des experts invités à participer à la réflexion sur l’avenir de Montréal en tant que métropole potagère.

« Le jardinage urbain apparaît dorénavant essentiel, autant en termes d’outils de développement urbain durable favorisant une qualité accrue de l’environnement que comme catalyseur social, agissant comme espace éducatif, de socialisation et d’autonomisation » souligne Éric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement (ISE) de l’Université du Québec à Montréal et coorganisateur de l’évènement.

Ces deux semaines de réflexion, de conceptualisation et de débats seront l’occasion d’échanger sur plusieurs facettes de l’agriculture urbaine qui est, force de constater, en pleine effervescence à Montréal. Il sera question du patrimoine agricole de Montréal, des outils disponibles pour tendre vers des villes vertes et nourricières, de la présence des poules pondeuses et des abeilles en ville, du renforcement du « savoir-agir » des populations vulnérables, de la contamination des sols et bien plus encore.

Cette série d’évènements est organisée en partenariat avec la Conférence régionale des élus de Montréal, la Ville de Montréal, le Partenariat du Quartier des spectacles ainsi que par la Faculté des Sciences, l’Institut des sciences de l’environnement et le Fonds vert de l’UQAM.

Le Collectif en Aménagement Paysager et en Agriculture Urbaine Durable (CRAPAUD) a comme mission de promouvoir par la recherche, la sensibilisation, la réappropriation et l’action, une agriculture, un aménagement et un entretien paysager respectueux de l’environnement utilisant le jardin urbain et le compostage en milieu institutionnel comme laboratoire expérimental d’éducation populaire.

Des poules contre… une réduction des déchets

Pour inciter chacun à réduire le volume des déchets ménagers, une ville belge a décidé d’offrir deux poules pondeuses à chaque foyer qui y voient un double bénéfice: une réduction du contenu des sacs poubelles mais aussi une production d’oeufs à peu de frais.

Group eggs on city hall to let chickens come home to roost

By MEGAN MARTIN, The Gazette July 29, 2010
Extrait: 

MONTREAL – They peck, preen, poop and produce eggs, and now a local group is working to get them back in your yard.

Chickens have been banned in Montreal residences since 1966. Yesterday, the environmental sustainability group CRAPAUD (Collectif en Amenagement Paysager et en Agriculture Urbaine Durable) launched a petition asking the city to hold a public consultation…

Lire l’article: http://www.montrealgazette.com/news/Group+eggs+city+hall+chickens+come+home+roost/3335835/story.html#ixzz0v5UfolcC

Métro Montréal – Bientôt le retour des poules à Montréal?

Bientôt le retour des poules à Montréal?

Métro

La réintroduction de la poule en milieu urbain sera certainement au cœur des débats de la conférence Terre en ville – Cultiver une ville verte et nourricière, qui débute mercredi à l’UQAM. À ce sujet…

MATHIAS MARCHAL
MÉTRO
27 juillet 2010 20:54

Mercredi, le CRAPAUD (Collectif en aménagement paysager et en agriculture urbaine durable) lancera une pétition demandant notamment la réintroduction de la poule pondeuse en ville.

Première question importante: à l’Hôtel de Ville, qui est l’élu responsable …

Lire l’article: Métro Montréal – Bientôt le retour des poules à Montréal?.

Ressourcement aux Jardins secrets

Ressourcement aux Jardins secrets
Publié le Juillet 21 2010 – Journal le Courrier

Claudine Mainville

Encore plus de 500 personnes ont profité de la journée ensoleillée de dimanche dernier pour découvrir les jardins privés de Rosemère, des espaces colorés et paisibles qui livrent leurs secrets une fois l’an.

Sujets : Rosemère

«Après une semaine de canicule et la journée même de la finale mondiale du soccer, nous avons eu tout de même la chance d’attirer chez nous 500 visiteurs, pour la découverte des jardins secrets», a déclaré Monique Keurentjes responsable de l’événement depuis de nombreuses années à la ville de Rosemère. Fière des résultats, la responsable estime que le public est fidèle depuis maintenant onze ans, «sauf une année exceptionnelle, nous comptons sensiblement le même nombre de visiteurs».

De nouveaux jardins étaient ouverts au public, et les anciens présentaient l’évolution des aménagements au fil des ans. Couleurs, fraîcheur, lumières et ombres enchantent chaque année les visiteurs des jardins secrets accueillis amicalement par les proprios.

La vente des billets vise à recueillir des fonds pour la maison de répit Les petits plaisirs qui accueillent les enfants handicapés pour laisser du temps à leur famille. Les Jardins secrets permettront encore cette année d’offrir environ 5 000 $ à l’organisme communautaire en septembre prochain.

via Ressourcement aux Jardins secrets – Environnement – Société – Journal le Courrier.