Du miel urbain – Environnement – France 3 Nord Pas de Calais Picardie : actualités du Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Oise, Somme – France 3

Première récolte de miel à Tourcoing où quatre ruches sont installées au Jardin botanique.

C’était la première récolte officielle de miel à Tourcoing. Quatre ruches seulement sont installées au milieu du jardin botanique depuis juin dernier. Mais le symbole est fort : l’abeille urbaine n’est pas un gadget, c’est une vraie nécessité. Après la récupération des cadres, l’écologiste Jérôme Rohart, apiculteur engagé, emmène le public dans une salle où le précieux liquide sera extrait, pour un petit cours sur l’abeille. De plus en plus de communes de la métropole se mettent à l’apiculture. Le miel urbain est plus riche, les variétés de fleurs plus importantes lui donnent un goût prononcé ; ici c’est le tilleul qui ressort.

Le miel est ensuite filtré puis mis en pots. Les quatre ruches tourquennoises produiront une trentaine de kilos de nectar, distribué gratuitement aux écoliers et aux visiteurs des serres pédagogiques. Trois autres ruches seront bientôt implantées au verger municipal.

via Du miel urbain – Environnement – France 3 Nord Pas de Calais Picardie : actualités du Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Oise, Somme – France 3.

Octobre dans votre jardin

Octobre dans votre jardin
jds.fr

Extraite: Profitez des dernières couleurs de l’automne. Les feuilles rougeoyantes des arbres vont éclairer une dernière fois votre jardin avant de tourbillonner dans le vent et vous signaler qu’il est temps de les ramasser et laisser la nature se reposer… du moins en surface. A partir de maintenant, les métamorphoses du jardin s’opèrent en profondeur.

Lire l’article: Octobre dans votre jardin.

Préparer le jardin pour l’hiver!

Jardinage.net
Au jardin cette semaine
Par Marie-Fleurette Beaudoin

Extraite: «Un peu tôt, me direz-vous, pour penser à l’hiver.» Mais objectivement, il ne reste pas tant de beaux jours pour préparer le jardin et il y a tant à faire.

L’automne est la bonne saison pour ajouter du paillis dans les plates-bandes. Une couche de 5 à 7 cm de paillis protègera les racines des plantes des risques de gel et dégel, en prévenant leur déchaussement. Les meilleurs paillis sont d’origine organique. Ces produits ont des propriétés fertilisantes et stimulent la flore microbienne, alors que certains autres peuvent inhiber la croissance des mauvaises herbes

Lire l’article: Jardinage.net : Au jardin cette semaine.

Produire des aliments dans des villes plus vertes pour lutter contre la pauvreté

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
28 september 2010, Rome

Extraite:

L’horticulture urbaine offre des aliments frais, crée des emplois, recycle les déchets

D’ici 2025, plus de la moitié de la population du monde en développement, estimée à 3,5 milliards d’habitants, vivra dans les villes. Pour les décideurs et les urbanistes des pays pauvres, des villes plus vertes pourraient être le moyen de garantir une alimentation sûre et nutritive, des moyens d’existence durables et des communautés en bonne santé.

Le concept de villes vertes est souvent associé à l’urbanisme dans les pays les plus avancés. Il est toutefois appliqué de manière spécifique, et sa portée sociale et économique est très différente, dans les pays en développement à faible revenu.

A mesure que les villes s’étendent, les précieuses terres arables disparaissent pour faire place aux logements, à l’industrie et aux infrastructures, et les cultures maraîchères sont reléguées de plus en plus loin dans les zones rurales. Les coûts de transport, conditionnement et réfrigération, le mauvais état des routes de campagne et les fortes pertes dues au transport aggravent la pénurie et renchérissent le prix des fruits et légumes sur les marchés urbains.

Le concept de villes vertes est souvent associé à l’urbanisme dans les pays les plus avancés. Il est toutefois appliqué de manière spécifique, et sa portée sociale et économique est très différente, dans les pays en développement à faible revenu.

A mesure que les villes s’étendent, les précieuses terres arables disparaissent pour faire place aux logements, à l’industrie et aux infrastructures, et les cultures maraîchères sont reléguées de plus en plus loin dans les zones rurales. Les coûts de transport, conditionnement et réfrigération, le mauvais état des routes de campagne et les fortes pertes dues au transport aggravent la pénurie et renchérissent le prix des fruits et légumes sur les marchés urbains….

Lire l’article: http://www.fao.org/news/story/fr/item/45683/icode/

Toitures végétalisées : les jardins prennent de la hauteur

http://www.gerbeaud.com
Clémentine Desfemmes

Toitures végétalisées : les jardins prennent de la hauteur

Extraite: Une toiture végétalisée, c’est tout simplement un toit vert : la couverture est constituée d’un substrat de culture et de végétaux. Du simple tapis de verdure au véritable jardin planté d’arbres, de fleurs ou même de légumes, le projet peut être plus ou moins ambitieux.

Lire l’article: Toitures végétalisées : les jardins prennent de la hauteur.

La nouvelle vague des jardins urbains |

Blog Sequovia
28/09/2010

Extraite: C’est à New-York dans les années 70 que l’idée des jardins partagés a grandi. Face à l’étendue des terrains vagues qui désolaient le paysage new-yorkais, une bande d’artistes menée par Liz Christy a pris l’initiative d’en faire des jardins. Aujourd’hui, la ville de New-York en compte près de 1000 et le phénomène s’est propagé dans le reste des grandes villes du monde. Paris, Berlin, Londres, Lille, Montréal, Tokyo, et bien d’autres métropoles encore se dotent en jardins communautaires et jardins partagés. Mais il serait rédhibitoire de considérer cela comme une simple mode « bobo » puisque l’agriculture urbaine a des vertus qui outrepassent le simple passe-temps « tendance » : elle constitue notamment une réponse à la crise alimentaire face à la croissance urbaine exponentielle.

* Un peu d’histoire

Naissance du mouvement à New York

Dans les années 70, New York fait face à une grave crise du logement, entrainant un grand nombre d’abandon d’immeubles vieillissants que la municipalité n’est plus en mesure d’entretenir. Sous la menace d’écroulement de certains immeubles, les autorités…

Lire l’article: La nouvelle vague des jardins urbains | Blog Sequovia.

Les Jardins communautaires des Moulins reçoivent 5 300 $

Marie-Pier Tremblay
Mercredi 15 septembre 2010
Journal La Revue

Dans le cadre du concours «Rénover sa communauté, c’est beau» de Home Depot, Les Jardins communautaires des Moulins, situés à Mascouche, ont remporté une subvention de plus de 5 300 $ pour la réalisation de leur projet. Ils sont parvenus à se classer parmi les 22 projets finalistes, notamment grâce au soutien du public.

Marjolaine Jetté, responsable du programme en sécurité alimentaire et saine alimentation des jardins, mentionne que l’organisme a reçu l’une des plus grosses subventions. «La plupart des projets gagnants ont obtenu 500 $ de la Fondation Home Depot Canada. Mais nous avions bon espoir de gagner, puisque depuis le début, nous nous sommes classés dans les premiers. Nous avons eu beaucoup d’appui et de bons commentaires du public», rapporte-t-elle.

En effet, pour devenir finaliste du concours, les projets devaient recueillir le plus de votes possible. Ainsi, Les Jardins communautaires des Moulins se sont classés dans les 22 finalistes sur 50 participants.

Mme Jetté explique que le projet vise à rendre les jardins permanents. Les travaux prévoient entre autres l’aménagement d’allées en gravier, l’accès à l’eau, la construction d’un cabanon et d’une aire de jeux.

Les travaux débuteront la première semaine d’octobre et seront effectués bénévolement par 10 à 15 employés du Home Depot de Lachenaie.

Par ailleurs, Marjolaine Jetté annonce que les jardins participeront de nouveau dès l’an prochain au concours. Elle indique que les responsables des jardins visent encore cinq ans de travaux et d’améliorations. Ainsi, si la subvention ne suffit pas, ils espèrent obtenir de l’aide de la Fondation Home Depot Canada.

Cette année, les jardins ont connu de très belles récoltes. Mme Jetté souligne que beaucoup plus de membres de la population se sont joints à eux. En effet, plus de 15 groupes, dont certains possèdent plusieurs terrains, utilisent les jardins. Mme Jetté précise d’ailleurs que sur 30 terrains, seulement 5 à 10 emplacements sont toujours disponibles pour l’an prochain.

via Les Jardins communautaires des Moulins reçoivent 5 300 $ :: Communautaire – Journal La Revue.