Ville La Pocatière démarre un nouveau projet expérimental de compostage

Diane Gendron
lepeuplecotesud.canoe.ca

Publié le 5 octobre 2010 à 09:01

Diane Gendron – Une plateforme a été aménagée pour recueillir et composter la matière organique provenant de la collecte des bacs bruns.

La Ville de La Pocatière fait figure de proue dans le compostage des matières organiques. À l’avant-garde dans l’instauration de la collecte à trois voies dans le Bas-Saint-Laurent, la Ville a été contrainte d’abandonner son projet de traitement, il y a un an, parce que le volume était trop élevé pour les installations en place. Le ministère de l’Environnement avait alors retiré le certificat d’autorisation.

Déterminée à perfectionner ses pratiques environnementales, la Ville de La Pocatière repart en neuf en démarrant un nouveau projet expérimental pour le traitement de ces matières. «Le plus difficile fut d’obtenir la bénédiction du ministère», a avoué le maire, Sylvain Hudon, très heureux d’annoncer, le 30 septembre dernier, le lancement d’un projet pilote d’une durée de deux ans. Ce projet a été développé avec l’aide de Biopterre – Centre de développement des bioproduits.

Une plante qui bouffe des polluants

Unique au Québec, le nouveau procédé utilisé va au-delà du compostage traditionnel, note Denis Rheault, chef de projets chez Biopterre. Les matières organiques provenant du bac brun sont déposées sur une plateforme aménagée sur le site de la station de pompage 3. Une fois arrivée à maturation, la matière compostée est utilisée pour nourrir un champ de saules. Cette plante a été choisie pour ses propriétés de phytoremédiation qui lui permettent d’extraire les polluants de son environnement. Elle emmagasine les polluants dans ses tiges et ses feuilles. Après trois ans de croissance, le saule pourra être récolté et être utilisé pour la fabrication de combustible pour le chauffage. Environ 20 000 boutures de saule ont été implantées pour ce projet expérimental.

350 tonnes métriques par année

La collecte du bac brun a donc repris à Ville de La Pocatière. Les premiers arrivages de matières organiques à la nouvelle plateforme ont été acheminés début septembre. Ce projet expérimental permettra à la Ville de traiter environ 350 tonnes métriques de matières putrescibles par compostage. Le but est bien sûr d’implanter ce procédé sur une base permanente.

Chargé de la sensibilisation, Collectivités écologiques Bas-Saint-Laurent (Co-éco) a été mandaté pour propager le message de sensibilisation auprès de la population. L’organisme invitera donc les citoyens et les entreprises à reprendre leurs habitudes de déposer les matières organiques dans le bac brun, en quantité et en qualité. Un agent de sensibilisation fera du porte-à-porte cet automne afin de rappeler aux gens les matières acceptées dans ce bac. Karine Malenfant, directrice générale de Co-éco croit que la grande participation de la population au premier projet augure d’une continuité assurée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s