L’agriculture urbaine… dans votre cour arrière

http://www.farmcentre.com
Article du jour – 28 février 2011
Par Al Scholz

Extraite: La Saskatchewan est un foyer d’innovation et d’entrepreneurship – en particulier en agriculture, comme en témoignent les innovations de classe mondiale qui ont vu le jour dans les domaines de l’aridoculture et du travail de conservation du sol et qui ne sont sans doute pas étrangères à l’exceptionnelle vitalité des secteurs de la fabrication, et de la recherche et du développement. Bien qu’il soit possible d’assister à de telles innovations dans d’autres secteurs, il est assez inhabituel de voir émerger de l’agriculture urbaine un modèle d’entreprise de calibre mondial.

Wally Satzewich et Gail Vandersteen exploitent, à Saskatoon, un jardin maraîcher dénommé « Wally’s Urban Market Garden ». Les horticulteurs, qui cumulent plus 20 ans d’expérience, ont créé un système de production qu’ils appellent « SPIN-Farming » pour « Small Plot INtensive farming » (culture intensive sur petites parcelles).

Lire l’article au complet: L’agriculture urbaine… dans votre cour arrière

L’épicerie – Des poivrons de serre cultivés ici

D’habitude, les poivrons qu’on trouve au Québec avant la récolte en champs, à la fin de l’été, viennent de l’Ontario, du Mexique ou des États-Unis. Mais grâce à la culture en serre, il est désormais possible de se procurer des poivrons d’ici au début de l’été. On en trouve de toutes les couleurs. Les verts, au goût un peu amer, sont souvent cuits. Les autres, plus doux et pleins de vitamine C, se dégustent aussi bien tout cru.

Victoriaville devient la reine du compost

Yanick Poisson
La Tribune
Publié le 22 février 2011 à 09h37

La prestigieuse revue Québec-Science consacre, dans son édition du mois de... (Archives La Presse)

Archives La Presse

(Victoriaville) La prestigieuse revue Québec-Science consacre, dans son édition du mois de mars, deux pages sur la ville de Victoriaville et sur le compostage. Dans son article, Nicolas Mesly qualifie la capitale des Bois- Francs de «reine du compost».

Ce dernier explique sa pensée en affirmant que Victoriaville récupère environ 160 kilogrammes de matières organiques par habitant sur une consommation moyenne de 184 kilogrammes, ce qui donne un ratio d’environ 87 pour cent.

Il suggère que cette réussite provient notamment de la distribution d’un petit bac de comptoir brun que les ménages utilisent Victoriaville devient la reine du compost pour récupérer temporairement les restes de table avant de les transvider dans le bac de 160 litres situé à l’extérieur.

Déchets. Composter au pied de son immeuble

letelegramme.com
24 février 2011

Extraite:

Ils réduisent le volume de leurs poubelles en embellissant les parterres de leur immeuble. Les habitants de cinq résidences vannetaises utilisent un composteur collectif. Vingt-cinq autres immeubles vont s’engager dans la démarche.

Depuis novembre, dans les cuisines des résidences Saint-Fiacre, La Marle et Les Cèdres, le seau à compost s’est trouvé une place. Les épluchures de légumes et de fruits, le marc de café et les sachets de thé, les coquilles d’oeufs et quelques fonds de plats y atterrissent naturellement. Conclusion: du jour au lendemain, le volume de la poubelle des ordures ménagères a baissé de près de 40%. «Comme on descend la poubelle, ou le jour où l’on vide son sac de tri, on va vider son seau dans le jardin», explique un habitant de la résidence La Marle. Une poignée de feuilles. Un tour de brasse compost. Et l’affaire est jouée…

Lire l’article au complet: Déchets. Composter au pied de son immeuble