Les élèves voient la vie en «vers»

http://www.quebechebdo.com
Publié le 27 Mars 2011
Isabelle Chabot

Extraite:

Le lombricompostage de plus en plus populaire dans les classes

Un mardi après-midi de février, les seize élèves de deuxième année primaire de l’École Notre-Dame-de-Foy écoutent attentivement Geneviève Perron-Dufour. La jeune femme du Collectif Éco-quartier leur enseigne comment utiliser adéquatement leur lombricomposteur. Depuis le début de l’année scolaire, les jeunes et l’enseignante Mélanie Bujold vermicompostent à l’aide de leurs amis, les vers.

Lire  l’article au complet:Les élèves voient la vie en «vers»

 

Les jardins urbains s’invitent dans les écoles

Les Nouvelles Saint-Laurent News
Publié le 25 Mars 2011
Sylvain Sarrazin

Extraite:Dans la cadre du volet communautaire de l’Éco-stage mis sur pied par Katimavik, cinq intervenants se sont rendus à l’école Aquarelle Bois-Franc pour initier une classe de 6e année aux joies de l’agriculture urbaine et du vermicompostage.

Un atelier sur les semis a permis aux élèves de mettre «la main à la terre» et de créer leur propre jardin. «Cette activité permet aux jeunes des milieux urbains de renouer avec les espaces verts et de réaliser que les fruits et légumes ne sont…

Lire l’article au complet:Les jardins urbains s’invitent dans les écoles

La Journée nationale des cuisines collectives soulignée à Saint-Jean-de-Matha

Laction.com
Publié le 23 Mars 2011

Extraite:Les cuisines collectives de Saint-Jean-de-Matha invitent la population à participer à une dégustation de bouchées, le 26 mars, de 9 h 30 à 15 h 30, au 2, rue Principale.

Les cuisines collectives profiteront de cet événement pour expliquer leur fonctionnement et pour dévoiler leur projet de création d’un jardin communautaire. L’activité se tiendra à l’extérieur si la température le permet.

Lire l’article au complet:La Journée nationale des cuisines collectives soulignée à Saint-Jean-de-Matha

Inscriptions aux jardins communautaires de l’arrondissement d’Anjou

Les inscription pour les jardins commaunautaires se feront le 5 avril. (Photo: archives)

photo: achives Flambeau

http://www.flambeaudelest.com
Publié le 17 Mars 2011

La Direction de la culture, des sports, des loisirs et du développement social de l’arrondissement d’Anjou met six jardins communautaires à la disposition des citoyens. Quatre sont situés dans les parcs André-Laurendeau, Des Roseraies, Lucie-Bruneau et Spalding. Un autre se trouve derrière l’église Notre-Dame d’Anjou. Le sixième, aménagé à l’angle des boulevards Châteauneuf et Roi-René, est réservé aux personnes de 50 ans et plus.

Les détenteurs d’un jardin, en 2010, qui ne se sont pas inscrits l’automne dernier doivent le faire le 5 avril, entre 18 h 30 et 19 h 30, au sous-sol de l’édifice municipal (7500, avenue Goncourt). Les nouveaux jardiniers pourront en faire de même, entre 19 h 30 et 20 h.

La priorité est accordée aux résidants de l’arrondissement, en raison du nombre limité de jardins. La carte de citoyen et une preuve de résidence (permis de conduire, compte de services publics, etc.) sont obligatoires lors de l’inscription.

Coût : 15 $ payable en espèces. Ce montant comprend un dépôt de 10 $ qui sera remboursé au moment où elle rendra la clé d’accès au jardin.

Renseignements : 514 493-8200 (jour) ou 514 493-8223 (soir).

(Source :Arrondissement Anjou )

L’agriculture comme outil d’insertion

La Terre de chez nous
15 mars 2011
par Suzanne Deutsch – Vie Rurale

L’histoire de Roman est l’une des belles réussites du programme de D-Trois-Pierres, un organisme dont la mission sociale est d’aider la réinsertion des jeunes à risque dans la société.

Extraite: MONTRÉAL – Dans la vie, il y a de ces rencontres qui arrivent au bon moment. Celle avec une serveuse d’un casse-croûte qui a dit à Roman Pokorski qu’il y avait du boulot à la ferme écologique du parc-nature du Cap-Saint-Jacques pour des jeunes qui voulaient travailler en agriculture est un parfait exemple.

Roman tournait en rond au Cégep du Vieux-Montréal. Le jeune rebelle passait plus d’heures avec le comité étudiant à planifier des manifestations, qui lui ont valu des démêlés avec la police, qu’à bosser dans ses cours. Après quatre sessions à bien s’amuser, il n’avait toujours pas d’idée de ce qu’il voulait accomplir dans la vie.

La conversation avec la serveuse a fait son bout de chemin. Travailler sur une ferme était tentant; depuis qu’il était tout jeune, Roman aimait la nature et les sciences naturelles. Il était fasciné par le fait qu’une petite semence peut donner plein de tomates.

Dix ans plus tard, Roman raconte que ce coup de coeur, cette décision de quitter le cégep et de postuler à D-Trois-Pierres, lui a permis de réinventer sa vie. L’automne dernier, avec sa conjointe Geneviève, il achetait une ferme de 28 hectares à Saint-Adelphe, en bordure de la rivière Batiscan, afin de s’établir en agriculture. L’entreprise qu’ils viennent de créer sous le nom Les jardins de l’Apothicaire se spécialisera dans la production de paniers bio, la culture d’ail biologique et de plantes médicinales.

Lire l’article au complet:L’agriculture comme outil d’insertion

Quand la bouffe vous menace

canoe.ca
Art de vivre
Cuisine et vins
Parution:Mars 2011

Extraite: Près du quart de la population des États-Unis souffrira d’une intoxication alimentaire au cours de la prochaine année. Au Canada, cette proportion est à peu près d’une personne sur trois.

«On estime à 11 millions le nombre de personnes qui souffrent chaque année d’une maladie liée aux aliments», confirme-t-on à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

«Chaque année au pays, plusieurs éclosions exigent la mobilisation d’une somme considérable de ressources tant du gouvernement que du secteur de la santé et même d’individus», précise l’organisme.

«Réagir à une épidémie d’origine alimentaire nécessite une étroite collaboration entre les professionnels de la santé, les autorités locales de la santé, les ministères provincial et fédéral de la Santé, l’agence de la santé publique et ses partenaires fédéraux», poursuit l’ASPC.

L’agriculture de masse

Pour Jonathan Safran Foer, nouveau gourou de l’alimentation en Amérique du Nord, réputé pour critiquer avec vigueur l’agriculture de masse, quand un tiers de la population tombe malade, le temps est venu de repenser le fonctionnement de l’industrie alimentaire.

Lire l’article au complet:Quand la bouffe vous menace

Un guide pour le jardinage urbain

lesaffaires.com
Vision durable
13-08-2009

Extraite: Cultiver ses légumes, soi-même en ville, coûte moins cher et procure des aliments exempts d’OGM et de pesticides. Sans compter que cela permet de réduire les émissions de GES liées au transport des aliments. Un guide nous en dit davantage.

Écrit par une étudiante en communication et en politique à l’Université de Sherbrooke en collaboration avec les AmiEs de la Terre de l’Estrie, un nouveau guide intitulé L’agriculture urbaine à la portée de tous entend démystifier cette culture et la raprocher du commun des mortels.

Le guide identifie les semences qu’il est possible de faire pousser et explique quels sont les contenants à utiliser, parmi les pots en terre cuite, pots suspendus, bacs de recyclage ou sacs de jute afin de faire pousser ses plants et légumes. On y trouve également des recettes d’insecticides naturels.

Lire l’article au complet:Un guide pour le jardinage urbain