Le lombricompostage, une méthode d’engrais à portée de tous

http://www.la-croix.com
24/6/11 – 14 H 29 MIS À JOUR LE 24/6/11 – 14 H 29

Vous n’avez pas de jardin et rêvez de faire votre compost ? Le lombricompostage, voilà la solution…

Le compost, riche en humus et en flore bactérienne, convient aussi bien aux plantes d’extérieur qu’aux plantes d’appartement. Avec l’aide du compost, les sols s’améliorent. Il sert de restructurant et d’engrais. Et puis, c’est une bonne façon de réduire vos déchets ménagers.

Vous êtes convaincu ? Adoptez un lombricomposteur. En bois, en plastique et même en polystyrène, ils se présentent sous une forme verticale ou horizontale. Discrets, parfois presque élégants, ils se placent aussi bien dans la cuisine que sur le balcon ou la terrasse.

On retrouve le lombric, donc le ver de terre, dans tous les sols riches en matières organiques, où il joue un rôle essentiel dans le cycle de l’humus, et donc dans la fertilité des sols. Les vers mangent la matière végétale en décomposition et la rejettent, sous forme de déjections, en fines particules qui enrichissent le sol. En creusant des tunnels, ils aèrent la terre, ce qui favorise l’enracinement des plantes et le développement des micro-organismes.

AUCUNE ODEUR DÉSAGRÉABLE

Si vous en introduisez dans des matières à décomposer, ils accélèrent le processus de transformation. Voilà pourquoi des lombriculteurs proposent une culture pour l’intérieur, vendant tout le matériel et les vers spécifiques – les vers ne sont pas les mêmes que ceux qui habitent nos sols –, nécessaires pour que vous puissiez fabriquer vous-même votre compost à la maison.

Avec une bonne utilisation, la décomposition se fait sans problème et ne dégage aucune odeur désagréable. Tout est une histoire de chaleur. La température des appartements convient parfaitement à cette façon de composter. C’est même l’endroit idéal.

La température restant constante, les vers se développent de façon optimale. En extérieur, il faut surveiller l’arrivée des gelées, et protéger les bacs avec des couvertures, des paillis et autres protections lorsque la température descend un peu trop. En été, il faut les protéger des grosses chaleurs, car les vers meurent s’il fait trop chaud.

Compostez toutes les matières végétales : les légumes, les céréales, le marc de café, avec les filtres, les sachets de thé, du carton coupé en morceaux, du papier… Évitez celles qui, trop dures, mettraient trop de temps à se transformer. N’y placez jamais de produits laitiers, de déchets de viande, de poisson. Pas d’œufs non plus, sauf les coquilles ! 

Noémie VIALARD

Lire l’article au site original: Le lombricompostage, une méthode d’engrais à portée de tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s