L’Ancienne-Lorette devra encourager plutôt qu’entraver le compostage

Le Soleil
Publié le 02 février 2011 à 05h00
Mis à jour le 02 février 2011 à 09h38

Dans une récente résolution, la Communauté métropolitaine de... (Photothèque Le Soleil)

Dans une récente résolution, la Communauté métropolitaine de Québec demande à L’Ancienne-Lorette, une de ses membres, de modifier son règlement sur le compostage parce qu’il n’est pas conforme au Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR).

Photothèque Le Soleil

Extraite:(Québec) La Ville de L’Ancienne-Lorette devra modifier son tout nouveau règlement municipal qui «entrave le compostage domestique au lieu de l’encourager», juge la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Le nouveau règlement sur le compostage, entré en vigueur à L’Ancienne-Lorette avant Noël, continue de faire des vagues, a appris Le Soleil.

Dans une récente résolution, la Communauté métropolitaine de Québec demande à L’Ancienne-Lorette, une de ses membres, de modifier son règlement sur le compostage parce qu’il n’est pas conforme au Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR).

Selon la Loi sur la qualité de l’environnement, une municipalité est «liée» par le PGMR de sa région et doit «prendre les mesures nécessaires à la mise en oeuvre du plan» sur son territoire.

Lire l’article au compleLe Plan de gestion des matières résiduelles de la Rive-Nord de Québec prévoit une mesure visant à favoriser le compostage domestique dans tous les types d’habitation où c’est applicable.

L’objectif est d’atteindre un taux de participation de 10 % des résidences unifamiliales et 5 % des bâtiments comptant entre deux et cinq logements.

Selon une analyse du cabinet d’expertise environnementale Cha­mard & Associés, mandaté par la CMQ, le règlement concernant le compostage de L’Ancienne-Lorette vise non pas à faciliter le compostage domestique sur son territoire, mais à le restreindre.

«Des normes de localisation exigeantes, des limitations aux types de contenants autorisés et aux pratiques de compostage feront que les citoyens ne seront pas portés à fabriquer leur propre compost et ainsi à réduire à la source les quantités de matières résiduelles que les municipalités doivent gérer», indique la firme.

L’Ancienne-Lorette devrait modifier son règlement pour permettre minimalement deux équipements de compostage. Aussi, ajoute le cabinet Chamard, il ne faudrait pas limiter le compostage aux résidences unifamiliales.

Le règlement contient de «nombreuses contradictions qui le rendent imprécis pour l’usager», note la firme. «Non seulement la Ville de L’Ancienne-Lorette n’atteindra pas l’objectif prévu au PGMR de la CMQ, mais elle entrave le compostage domestique au lieu de l’encourager», affirme le cabinet d’expertise environnementale.

«Pas de commentaires»

Contrairement à son habituelle loquacité, le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, s’est con­tenté d’un «pas de commentaires» lorsque Le Soleil a voulu savoir s’il allait modifier son règlement.

Le maire Loranger n’a jamais caché que son règlement ne visait pas à être incitatif. «Je continue de penser que quand on vit dans une ville, on n’est pas en campagne et les gens n’ont pas à devenir des éboueurs», disait-il à la fin octobre, en entrevue au Soleil.

Il a été impossible de savoir mardi, de la Communauté métropolitaine de Québec ou du ministère des Affaires municipales, si une instance ou l’autre avait l’autorité de contraindre la Ville de L’Ancienne-Lorette à modifier son règlement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s