L’état de l’agriculture urbaine à Montréal En prévision de la consultation publique sur l’agriculture urbaine, la Ville de Montréal vient de publier un document qui fait le portrait de l’agriculture urbaine à Montréal.

Growing Lots Urban Farm Tour with Stefan Meyer

Urban Farmer guru Stefan Meyer takes us on a tour of his baby Growing Lots Urban Farm. Sitting under the skyline of downtown Minneapolis, in the Seward neighborhood, Stefan turned an empty asphalt parking lot into a mini produce farm. It’s the end of the season right now, but he’s got a few more harvests to make as well as plenty of seed threshing for his crops next year, which he hopes to expand maybe three times over. Stefan gives a few pointers and ideas for how you can make a small unused space into a food producer for you with plenty to share with your family and friends. Find Stefan’s blog at http://www.GrowingLots.blogspot.com

La ville du futur sera campagnarde

slate.fr
Publié le 02/11/2011
Mis à jour le 02/11/2011 à 16h03


Naguère, les citadins partaient s’installer dans les champs. A l’avenir, les champs s’inviteront dans la ville.

A Coblence, en 2011. REUTERS/Wolfgang Rattay

– A Coblence, en 2011. REUTERS/Wolfgang Rattay –

Extraite: Un homme en costume, faisant, à grand peine, rentrer sa vache dans un ascenseur. En son temps, cette publicité pour les produits laitiers avait fait beaucoup rire. Car pourquoi donc avoir une vache chez soi quand il suffit d’aller au supermarché pour acheter une brique de lait?

Lire l’article au complet: http://www.slate.fr/story/45819/ville-campagne-futur

Jardiner au pays du père Noël

Claudette Samson
Le Soleil
Publié le 24 décembre 2011 à 05h00 | Mis à jour le 24 décembre 2011 à 05h00

Les résultats obtenus l’été dernier dans la serre de Kuujjuaq ont été compilés pour documenter une éventuelle production commerciale. PHOTO FOURNIE PAR ELLEN AVARD

Extrait: (Québec) Au sud de la baie d’Ungava, en plein coeur de ce Nord que l’on imagine volontiers comme un immense champ de glaces, des laitues, des fines herbes, des poivrons sortent de terre. Et ce n’est pas l’effet du réchauffement climatique!

Ces cultures, qui se font à petite échelle privée aujourd’hui, pourraient bien répondre demain à une partie des besoins de la population locale. C’est en tout cas ce qu’espère faire valoir Ellen Avard, étudiante au doctorat en géographie à l’Université Laval et ardente «promotrice» d’un projet de serre communautaire à Kuujjuaq.

Lire l’article au complet: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/agro-alimentaire/201112/23/01-4480732-jardiner-au-pays-du-pere-noel.php

Big City Farms

The ideal farm would be in your neighborhood. Not only would it be close to home, but it would be accessible. It would use trustworthy, safe, traditional farming practices so you could rest at ease using the produce for your family. It would provide an exciting variety of fresh produce that could be distributed sustainably to the surrounding community.

Des fermes urbaines dans les cités

http://www.terraeco.net
Par Rodrigue Coutouly
12-01-2011

Extraite: La paupérisation et la violence croissantes dans les cités de banlieue inquiètent l’opinion. Mais le personnel politique a bien du mal, hormis quelques coups d’éclats médiatiques et quelques ravalements de façades, à proposer des solutions concrètes qui paraissent utile. En voici une, simple, modeste, mais qui à l’avantage, outre son faible coût, de répondre à la multiplicité des problèmes rencontrés dans ces cités. De quoi s’agit-il ?

Je propose l’installation de jardins urbains, de fermes urbaines, dans les cités des banlieues des grandes villes.

Ces jardins seraient installés sur les toits des barres et des tours, ou dans les étages supérieurs de barres ou de tours désaffectés. Selon les possibilités techniques, il s’agirait de végétaliser les toits, ou à défaut, d’y installer des bacs de culture et des pots. Cela mérite quelques explications.

Est-ce possible techniquement ? Oui, dans la majorité des cas, les dalles des toits des grands ensembles peuvent supporter 300 à 400 kg par m2. Il est donc possible de les végétaliser ou d’installer des bacs de culture. Il faudra y ajouter une source d’eau, des rambardes et un accès par escalier. cela devrait être possible sur la majorité des toits, sauf ceux qui sont encombrés par quantité de cheminées.

Lire l’article au complet: Des fermes urbaines dans les cités